Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques

Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques
De l'autre côté de la mer - 5.3 Ko

Projets 2001

Cie ACCRORAP/ADDM84 - Avignon [ Spectacle vivant - Danse Hip-Hop ]

De l'autre côté de la mer

L'AUTEUR

Kader Attou<br>© Compagnie Accrorap - 27 Ko

Kader Attou
© Compagnie Accrorap


Le mouvement hip-hop, apparu aux Etats-Unis il y a plus de 20 ans, se développe dans tous les quartiers de France, pratique des croisements, suscite des rencontres et initie de nouveaux réseaux.

Découverte dans la banlieue lyonnaise en 1993, la compagnie Accrorap, autour de Kader Attou, chorégraphe et directeur artistique, est au coeur de ces nouveaux réseaux. Du local à l'international, son activité rayonne, de la périphérie vers le centre, du quartier vers la ville, de la France vers l'étranger, de la culture hip-hop vers les autres formes artistiques.

Depuis 1998, le travail pédagogique de la compagnie a permis de contribuer à l'émergence d'un certain nombre de danseurs hip-hop.


L'OEUVRE

© Compagnie Accrorap - 23 Ko

© Compagnie Accrorap

Atelier d'écriture chorégraphique donnant lieu à une création, une pièce chorégraphique de 40 minutes : "De l'Autre Côté de la Mer".

Projet franco-algérien, il s'agissait pour la compagnie Accrorap de mettre en place une formation de formateurs faisant se rencontrer de jeunes français insérés dans le dispositif de formation de l'ADDM 84 (Association Départementale de Développement Musical et Chorégraphique de Vaucluse) et de jeunes danseurs d'Alger que nous formons en Algérie, dans le but de les intégrer à notre compagnie pour une création en 2003 dans le cadre de l'année de l'Algérie. Ce dispositif avait déjà été mis en place en octobre et novembre 2002 en région Lorraine avec le Théâtre Populaire de Lorraine.

L'objectif était de :
- renforcer le lien entre pédagogie et artistique dans l'objectif de favoriser une intégration professionnelle de qualité.
- permettre la découverte et l'enrichissement sous la direction d'un chorégraphe reconnu au sein d'une compagnie professionnelle, par la mise en situation de l'acte de création et de l'appropriation de l'univers du spectacle vivant.
- creuser à nouveau le sillon de l'identitaire, des lieux de mémoire, par un propos artistique tout entier tourné vers la problématique des origines, de la terre, thèmes chers à Kader Attou.
- offrir la possibilité à ces jeunes formateurs professionnels ou semi-professionnels, de la danse hip-hop souvent issus de populations immigrées de s'approprier ce questionnement des origines.
- favoriser les échanges artistiques et la rencontre par un travail de création commun avec d'autres danseurs venus d'Algérie.
- réaliser une véritable création en danse hip-hop avec les stagiaires, destinée à être présentée en public.
- mener une action de développement des publics en faveur de la danse hip-hop.

La dimension internationale : dans la suite de nos projets internationaux, il nous semblait important de faire ce travail d'échange culturel entre la France et l'Algérie.

Nombre de personnes : sur chaque site, 18 personnes (10 danseurs hip-hop algériens et 8 stagiaires français de la formation hip-hop de l'ADDM 84).

L'échange culturel : au niveau de la vie quotidienne, nous avons tenu à respecter les contraintes liées à la pratique du ramadan. (A Thionville, nous avons commandés des repas à une famille algérienne).
Il s'est avéré nécessaire de faire venir un "encadrant" algérien afin de partager avec l'équipe d'Accrorap, le travail d'organisation des séjours. Son salaire a été à la charge de la compagnie Accrorap.
Des rencontres avec certaines familles, dans les quartiers avec des associations ou des groupes de jeunes ont permis d'enrichir l'échange.
De nombreuses discussions sur l'histoire du hip-hop en Algérie ont eu lieu entre français et algériens.

Le public visé : les danseurs professionnels ou en voie de professionnalisation de la région Lorraine (en partenariat avec les structures qui les emploient pour ceux qui travaillent et en partenariat avec l'ANPE pour ceux qui sont au chômage) et de la région Paca en partenariat avec l'ADDM 84.
Il s'agissait de construire un vrai stage professionnel.
Pour les danseurs algériens, il s'agissait de les amener à un niveau suffisant pour garantir la qualité du spectacle qui sera créé dans le cadre de l'année de l'Algérie. Il s'agit aussi de compléter le projet 2003 en faisant se rencontrer jeunes français et jeunes algériens de même niveau et de même âge.


LE CONTEXTE PAR RAPPORT A IPM

© Compagnie Accrorap - 17 Ko

© Compagnie Accrorap

De part et d'autre de la Méditerranée, une partie de la jeunesse se projette, "de l'autre côté de la mer".
En France, pour certains, il est question de la terre des origines, de la douleur et de la difficulté à assumer une double culture.
En Algérie, on rêve de liberté, d'ascension sociale... en regardant la télévision, on rêve, tout simplement pour oublier les difficultés de la vie.
A partir ce ces quelques éléments s'est construite la pièce chorégraphique de 40 minutes "De l'Autre Côté de la Mer".

"La scène est sombre, dans l'obscurité du jour qui s'achève, on devine un ponton sur lequel "ils" attendent. Ce sont ces voyageurs presque sans bagage, ceux qui se déracinent, ceux qui quittent leur pays, ceux qu'on appelle des immigrés. Ce sont ceux qui passent de l'autre côté de la mer. Le décor est posé mais l'histoire ne fait que commencer et jamais ne s'achèvera-t-elle ? L'exil se danse" Le Progrès.

"Les racines et l'exil. L'embarquement douloureux, la jeunesse ballottée. Le départ poignant. L'arrivée. Dans une France où il ne fait pas toujours bon être d'ailleurs. Mais le mouvement transcende, les échanges se créent. Réconciliateurs" La Provence.


Ainsi, la question de l'immigration et de l'exil a été abordée avec ces jeunes danseurs alors que justement, le but de la compagnie Accrorap à l'issue de l'année de l'Algérie est d'aider à l'émergence d'une véritable compagnie de danse hip-hop à Alger.


L'AGENDA

* 02 novembre 2002 : accueil des danseurs algériens à Paris et soirée aux Rencontres des Cultures Urbaines de la Villette.
* du 03 au 20 novembre 2002 : ateliers à Thionville.
* 21 et 22 novembre 2002 : présentation du spectacle à Thionville en première partie de la nouvelle pièce de la compagnie Accrorap - 2000 spectateurs.
* 29 et 30 novembre 2002 : participation à une rencontre internationale de danse hip-hop à Châteauvallon (Var).
* du 25 au 28 novembre et du 01 au 12 décembre 2002 : ateliers à Avignon.
* 13 décembre 2002 : représentation à Avignon - 450 spectateurs.
* 17 décembre 2002 : représentation à Istres - 400 spectateurs.
* 20 décembre 2002 : représentation à Saint-Priest - 300 spectateurs.
* 21 décembre 2002 : représentation à Echirolles - 180 spectateurs.
* 12 janvier 2003 : représentation à Draguignan - 550 spectateurs.
* 14 janvier 2003 : représentation au Thor - 700 spectateurs.


LES CONTACTS ET LES MENTIONS DE COPYRIGHT

Chorégraphie : Kadder Attou et Pierre Bolo assistés de Maboul Gouiem
Production : ADDM 84 et Compagnie Accrorap
Avec l'aide de la Caisse des Dépôts et Consignations, du Théâtre National d'Alger, de l'AFAA, de la Région de Franche-Comté.

Compagnie Accrorap
73 Grande Rue
25000 Besançon
T. 03 81 82 15 22
F. 03 81 81 73 40
accrorap@wanadoo.fr

Structure d'accueil :
ADDM 84
Association Départementale de Développement Musical et Chorégraphique de Vaucluse
51 rue des Fourbisseurs
84000 Avignon
T. 04 90 86 11 62
F. 04 90 85 86 59
addm84@wanadoo.fr


Retraite
De l'autre côté de la mer
Parole des pierres
Le radeau de la méduse
Hôtel de l'avenir
Mémoires croisées d'Algérie
La Maison de Mariata
Identités, Parcours & Mémoire
La mémoire de l'Ariane
Migrations/Blues

Accueil | Présentation | Projets | Catalogue | Actualité | Médiathèque | Portraits | Ressources | Séminaire | Liens | Contacts | Mentions légales