Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques

Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques
Envol - 5.6 Ko

Projets 2011

L'ORAGE - Marseille [ Création sonore ]

Envol

LES AUTEURS

Francesca Arena, italienne, vit à Marseille depuis 2004. Elle termine actuellement une thèse en histoire du genre, de la maternité et de la maladie à l’Université de Provence.  Elle collabore avec des associations marseillaises autour des questions du genre, de la santé, de la migration (Tirésias, Déméter).
Parmi ses dernières publications : «Le discours sur la violence des mères au XIX e siècle : folie et infanticide», in Lucien Faggion et Christophe Regina (dir.), La Violence. Regards croisés sur une réalité plurielle, CNRS éditions, Paris, 2010 ; «Maternità, follia e migrazione. L'internamento delle italiane nel Manicomio di Marsiglia nel primo Novecento. Spunti per una ricerca», in Francesca Alberico, Giuliana Franchini, M. Eleonora Landini, Ennio Passalia (dir.), Identità e rappresentazioni di genere in Italia tra Otto e Novecento, DISMEC, Genova, 2010.

Bat Sheva Papillon
Après un parcours en sciences sociales, elle découvre la radio en 2003 avec Canal Sambre Avesnois (aujourd'hui Canal FM), pour qui elle réalise une longue série de portraits de femmes (Une vie nouvelle, avec Patrice Thioloy), et avec qui elle collabore régulièrement depuis (par exemple pour Ma langue au tchat, une série documentaire sur le langage texto). Elle mène des projets documentaires au long cours, toujours sonores, pouvant prendre des formes diverses (radio, internet, édition sonore, collectage, diffusions publiques, expositions...). Ces dernières années, elle a travaillé notamment sur l'immigration, sur l'histoire industrielle, sur le corps et le rapport à la médecine, sur la langue. Elle conçoit son travail sur l'intime comme une façon de s'approcher de la communauté, du collectif (à l'insue, avec Laure Maternati, même la nuit, pour Arteradio, madame médecins, avec l'association Tirésias). Elle réalise des outils audio de débat (Avortement, contraception, avec Julie Chambon, Avoir vingt ans en Provence Verte, avec Jean Belvisi), et poursuit un travail de collecte et de valorisation de la mémoire orale (sur l'histoire des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer avec l'association Histoire et Patrimoine Seynois, sur le monde hospitalier avec Tirésias, sur l'histoire de l'immigration avec la radio Canal FM, sur l'agriculture avec Bernard Lesaing et l'association Images et recherche...).

Katia Kovacic
Documentariste son. Elle travaille pour la radio sur des sujets tels que l’intégration des personnes issues de l’immigration dans le monde politique, les problématiques plus spécifiques des femmes migrantes, les relations entre économie et politique, la musique (série Ma musique à moi),  le rapport à la langue (série Cette langue si loin, si proche), etc…
Elle participe aussi à des expositions visuelles et sonores, avec le photographe Didier Nadeau sur le quartier HLM de l’Abeille à La Ciotat, Mémoires d’Abeille, quartier d’anciens ouvriers des chantiers navals et de nombreux immigrés et de rapatriés de Tunisie et Algérie ou encore avec l’association Histoire et Patrimoine Seynois, Nous, venus d’ailleurs à La Seyne sur mer. Elle travaille depuis plusieurs années sur la relation entre montagne et industrie dans les Hautes-Alpes (Usine Péchiney de L’Argentière-les-Ecrins, usine du Planet de La Roche de Rame, ou l’aval du barrage de Serre-ponçon 50 ans après sa construction) en collaboration avec le musée-muséum de Gap, le centre de l’oralité alpine et les archives départementales des Hautes-Alpes. Ces travaux sont présentés après des mois voire des années de collectes et de réflexion sur la valorisation de ces collectes.
Elle mène des ateliers radiophoniques en collèges et à l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Marseille.


L'OEUVRE

Production d'un documentaire-fiction audio de 45 minutes environ, co-réalisé avec les témoins sollicités
Comment le développement de l'aviation low cost transforme-t-il la vie quotidienne et les relations des personnes immigrées ou descendantes d'immigrés avec leur pays  d'origine ?
Sur la base de cette question, nous solliciterons des personnes utilisant l'aviation low cost au départ du terminal MP2 de l'aéroport Marseille-Provence pour se rendre dans leur pays ou celui de leurs ancêtres. Nous orienterons nos recherches autour de quatre destinations (Italie, Portugal, Espagne et Maroc). A partir d'entretiens approfondis réalisés avec ces personnes, et avec des acteurs économiques et politiques liés à ces questions, nous construirons un récit radiophonique mêlant la dimension documentaire à une narration fictionnelle, où les témoins pourront jouer leur propre rôle, ou un autre. Nous diffuserons ce documentaire-fiction sur les ondes, sur internet, sur disque, et lors de projections publiques.

Ecoutez un extrait audio


LE CONTEXTE PAR RAPPORT A IPM

La question des allers-retours au pays, dans leur dimension matérielle (comment on y va, pourquoi, dans quelles conditions, à quel coût, à quelle fréquence, combien de temps...), met en jeu à la fois toute la vie quotidienne et toute la culture des personnes migrantes ou nées en France dans des familles de migrants. Interroger ce "comment" du voyage, c'est explorer la relation à soi, à son origine, à sa famille, à sa construction dans une appartenance multiculturelle. La relation à son passé, à son présent et à son futur, à son identité.

Le low cost, modèle de développement économique...
Le secteur du transport aérien est un pionnier du low cost. La création en 2006 d'un terminal low cost (MP2) à l’aéroport de Marseille Provence a permis à de nombreux voyageurs de la région de se déplacer à l'étranger à moindre coût.
Il se trouve donc que les conditions matérielles du voyage sont liées à un contexte économique bien particulier, en l'occurrence un modèle de développement libéral ambigu et controversé (impact écologique, droit du travail à minima, soupçons de subventions déguisées, qualité du service dégradée...).

... et facteur de transformations sociales
La baisse des prix a engendré des pratiques de voyages nouvelles. Pour des personnes migrantes ou enfants de la migration, cette nouvelle facilité à voyager peut transformer le lien avec le pays d'origine. Un moyen de transport moins cher et plus rapide permet des visites plus fréquentes, et tend à raccourcir leur durée, et donc leur nature. On part plus souvent, moins longtemps, avec moins de bagages. On profite des opportunités.
Le low cost a aussi, parfois, favorisé la découverte de leur pays d'origine chez des personnes qui l'avaient très peu connu, ou pas du tout. Il a pu permettre de renouer des liens, de faire émerger des mémoires enfouies.
La menace de la fermeture de la base marseillaise de Ryan air en 2010 démontre la fragilité d'un modèle de développement économique qui peut du jour au lendemain mettre fin à des possibilités qu'il a lui-même créées, et qui ont pris une grande importance dans la vie des gens. Dans un raccourci saisissant, on assiste à un phénomène culturel directement induit par un modèle économique.
Ces histoires de découvertes ou de redécouvertes d'un pays d'origine, dépendantes d'une conjoncture économique, forment la base d'une histoire mettant en jeu l'identité et la mémoire des personnes. A partir de ces deux dimensions, culturelle et économique, nous voulons fabriquer un objet sonore qui mette aussi en oeuvre tout l'imaginaire lié à l'aviation, au voyage et à la migration, sous un angle qui ne soit pas seulement celui de la contrainte et de l'exil subi. Et au-delà, aborder le renouveau de la multiculturalité, dans un contexte mondialisé.


L'AGENDA

- septembre à décembre 2011 : recherches de financements, recherches de co-producteurs, recherche, documentaire, prises de contacts avec les témoins, entretiens exploratoires
- novembre 2011 à février 2012 : enquête et tournage
- mars à septembre 2012 : écriture et réalisation
- octobre 2012 : événement public de sortie et début de la diffusion


LA FICHE TECHNIQUE

Document sonore en format .wav de 45 minutes environ.


LES CONTACTS

Association L’orage
72 Rue Consolat
13001 Marseille
associationlorage@gmail.com
http://associationlorage.blogspot.com
06 61 91 64 05
06 23 57 62 76
© L’orage


Si j'étais Jorge... ?
Récits d'hospitalité de l'Hôtel du Nord
La Ciotat, déesse plurielle
La route à traverser
Décennies Banlieue
Envol
L'alphabet des oubliés
Les spectateurs
D'une rive à l'autre, écriture(s) intime(s)
Terres arbitraires

Accueil | Présentation | Projets | Catalogue | Actualité | Médiathèque | Portraits | Ressources | Séminaire | Liens | Contacts | Mentions légales