logo background
Projet 2007
Marseille

Théâtre de la cité - Marseille [ Spectacle vivant ]

Les AUTEURS

Abdelkarim Douima collabore et travaille depuis plusieurs années au théâtre de la Cité ainsi qu'avec la compagnie l'Individu. Il a commencé son parcours en tant qu'amateur, et ce n'est qu'après plusieurs années de pratique qu'il décide de se professionnaliser. Il connait bien la démarche de façonner les matériaux documentaires et réels au plateau. Il a participé à de nombreuses créations partagées produites par le Théâtre La Cité. Avec la compagnie l'Individu, il a joué dans Le Songe d'une nuit d'été et participé à l'élaboration et la mise en espace de Citizen K, karaoké ludique sur des discours politiques.
C'est cette triple dimension dans son parcours : ancien urbaniste, comédien amateur et professionnel, sa connaissance vécue des questions de migration, qui ont fait lui proposer d'animer ce projet en collaboration avec l'équipe de La Cité.

eïla Anis : « Aucune démocratie en effet ne peut se construire au détriment de la moitié de la société». Extrait de « l'appel des femmes arabes pour la dignité et l'égalité » du 8 mars 2012.
J'entends encore l'écho de cet appel récent, lorsqu'en 2014, nous commençons, Abdelkarim Douima et moi, à aller à la rencontre de femmes et jeunes filles, habitantes de Marseille dans le cadre du projet « Vers un chœur de femmes » conçu par le Théâtre La Cité. Je recueille leurs réactions, leurs paroles et leurs écrits en réponse à cette question : « Au sein de ce chœur constitué de femmes, qu'avez-vous à dire aujourd'hui, dans cet espace de parole public qu'est le Théâtre ? ».
Le texte qui découle de ce cheminement avec le chœur et l'équipe du Théâtre La Cité explore l'état de notre pays, de la « démocratie, la dignité et l'égalité », des droits « humains » nommé par l'appel du 8 mars 2012, en regard avec « le Vivre Ensemble » clamé par les institutions et les médias autour de nous. L. Anis

Leïla Anis, comédienne et auteure évoque son histoire familiale et son départ d'Afrique de l'Est avec son lot de ruptures. Ainsi prend forme sa première nouvelle, « Fille de », qui marie « comme par accident » trois modes d'écriture selon un rythme très personnel. Mon départ de Djibouti fut un moment brutal, le début de mon histoire à écrire et un point de non-retour ».
Elle travaillera en binôme avec Abdelkarim Douima, l'accompagnant dans sa démarche, notamment au niveau de l'écriture.

Camille Lorin est diplômée de l'école des beaux-arts de Marseille en 2002 et de l'école nationale supérieure de la photographie d'Arles en 2005.
Ses vidéos ont été présentées dans différents festivals en France, en Grèce et au Québec. L'avantage du printemps, créé à Bagdad en novembre 2013. Elle a par ailleurs réalisé des films qui retracent le travail et les recherches de la compagnie pendant deux années.

L'oeuvre

« Vers un chœur de femmes » est un projet théâtral participatif qui se construit avec la volonté de permettre de la circulation des habitantes entre différents quartiers. Les enjeux sont triples :

- Faire émerger une forme artistique née et ancrée dans les réalités de femmes, avec l'exigence d'ouvrir les horizons de chacune, en regardant et s'ouvrant à des ailleurs. L'idée est de rassembler ces femmes à priori éloignées et non de figer les identités de chacune.
- Construire à partir d'un travail d'ateliers, une œuvre poétique à la croisée des regards et réalités de toutes ces femmes, et de l'écriture de l'auteure, Leïla Anis.
- Faire entendre et voir cette œuvre théâtrale dans toute la ville.

UN CHŒUR CONSTRUIT A PARTIR D'ATELIERS D'ECRITURE, THEATRE, CHANT ET VIDEOS

Nous avons initié ce projet en 2014 avec des femmes de tous horizons sociaux et culturels. Un workshop avait permis aux deux groupes de présenter publiquement au centre social Les musardises, une première ébauche d'un spectacle choral. Les ateliers ont repris depuis septembre, avec la volonté d'intégrer au projet des élèves du Lycée St Exupéry.
Compte tenu de la difficulté de certaines femmes de Consolat-Mirabeau à suivre régulièrement l'atelier, de la difficulté des lycéens à se rendre disponibles, et du cheminement artistique par ailleurs, il nous est apparu nécessaire de réadapter le projet à ces nouvelles conditions.
Depuis décembre 2015, en plus de l'atelier hebdomadaire au Théâtre La Cité qui se poursuit, nous proposons un atelier collectif le samedi, une fois par mois, qui permet à toutes les femmes qui ont été rencontrées jusqu'à lors, issues de Consolat-Mirabeau et du centre-ville, de venir travailler ensemble.

VERS UN SPECTACLE CHORAL QUESTIONNANT LA NOTION DU « VIVRE ENSEMBLE »

L'issue de ce projet est de conduire une vingtaine de femmes de toutes générations et aux parcours divers, à porter elles-mêmes sur scène un spectacle choral, dont :
- L'écriture dramatique finale sera mise en forme, à partir des textes écrits en atelier, par l'auteure Leila Anis.
- La mise en scène sera conduite par le comédien et metteur en scène Abdelkarim Douima qui intègrera le travail de vidéo au spectacle.
- La dimension chorale sera orchestrée par la chef de chœur Marianne Suner.

La rencontre de femmes de différents territoires de la ville a suscité l'émergence d'une thématique forte, celle du vivre-ensemble, questionnée à travers les discours contemporains et à l'aune des valeurs de la République. Il s'agit de témoigner de la réalité de ces femmes du point de vue de la mixité sociale, des accès ou des obstacles à leur inclusion dans la société et à leur capacitation, en mettant en lumière la vacuité de certaines idées véhiculées derrière le terme de vivre-ensemble pour affirmer la volonté d'une définition plus ouverte à la diversité.

Le projet, dans son état d'avancée, sera présenté dans le cadre du festival pluridisciplinaire, la Biennale des écritures du réel # 3 le 23 mars 2016 au centre culturel Mirabeau et le 25 mars 2016 au Pôle PIC. D'autres présentations sont à prévoir au mois de juin, en lien avec nos partenaires.

L'oeuvre

« Vers un chœur de femmes » est un projet théâtral participatif qui se construit avec la volonté de permettre de la circulation des habitantes entre différents quartiers. Les enjeux sont triples :

- Faire émerger une forme artistique née et ancrée dans les réalités de femmes, avec l'exigence d'ouvrir les horizons de chacune, en regardant et s'ouvrant à des ailleurs. L'idée est de rassembler ces femmes à priori éloignées et non de figer les identités de chacune.
- Construire à partir d'un travail d'ateliers, une œuvre poétique à la croisée des regards et réalités de toutes ces femmes, et de l'écriture de l'auteure, Leïla Anis.
- Faire entendre et voir cette œuvre théâtrale dans toute la ville.

UN CHŒUR CONSTRUIT A PARTIR D'ATELIERS D'ECRITURE, THEATRE, CHANT ET VIDEOS

Nous avons initié ce projet en 2014 avec des femmes de tous horizons sociaux et culturels. De septembre 2014 à décembre 2015, deux ateliers sur deux territoires (Consolat-Mirabeau et centre-ville) ont été conduits par l'auteure Leila Anis et le comédien Abdelkarim Douima. En juin 2015, un workshop avait permis aux deux groupes de présenter publiquement au centre social Les musardises, une première ébauche d'un spectacle choral. Les ateliers ont repris depuis septembre, avec la volonté d'intégrer au projet des élèves du Lycée St Exupéry.
Compte tenu de la difficulté de certaines femmes de Consolat-Mirabeau à suivre régulièrement l'atelier, de la difficulté des lycéens à se rendre disponibles, et du cheminement artistique par ailleurs, il nous est apparu nécessaire de réadapter le projet à ces nouvelles conditions.
Depuis décembre 2015, en plus de l'atelier hebdomadaire au Théâtre La Cité qui se poursuit, nous proposons un atelier collectif le samedi, une fois par mois, qui permet à toutes les femmes qui ont été rencontrées jusqu'à lors, issues de Consolat-Mirabeau et du centre-ville, de venir travailler ensemble.

VERS UN SPECTACLE CHORAL QUESTIONNANT LA NOTION DU « VIVRE ENSEMBLE »

L'issue de ce projet est de conduire une vingtaine de femmes de toutes générations et aux parcours divers, à porter elles-mêmes sur scène un spectacle choral, dont :
- L'écriture dramatique finale sera mise en forme, à partir des textes écrits en atelier, par l'auteure Leila Anis.
- La mise en scène sera conduite par le comédien et metteur en scène Abdelkarim Douima qui intègrera le travail de vidéo au spectacle.
- La dimension chorale sera orchestrée par la chef de chœur Marianne Suner.

La rencontre de femmes de différents territoires de la ville a suscité l'émergence d'une thématique forte, celle du vivre-ensemble, questionnée à travers les discours contemporains et à l'aune des valeurs de la République. Il s'agit de témoigner de la réalité de ces femmes du point de vue de la mixité sociale, des accès ou des obstacles à leur inclusion dans la société et à leur capacitation, en mettant en lumière la vacuité de certaines idées véhiculées derrière le terme de vivre-ensemble pour affirmer la volonté d'une définition plus ouverte à la diversité.

Le projet, dans son état d'avancée, sera présenté dans le cadre du festival pluridisciplinaire, la Biennale des écritures du réel # 3 le 23 mars 2016 au centre culturel Mirabeau et le 25 mars 2016 au Pôle PIC. D'autres présentations sont à prévoir au mois de juin, en lien avec nos partenaires.

Une narration mélée d'expériences personnelles

La recherche thématique pourrait en résumé se situer entre le Vivre Ensemble et l'Egalité. Afin de mettre des mots précis derrière ces termes, ne pas les laisser aux mass médias, ne pas les laisser s'altérer par le climat tendu du contexte français actuel. Et ces mots, ce sont d'abord ceux des femmes que nous avons rencontrées.

Elles viennent de tout le centre-ville et des 15ème et 16ème arrondissements de Marseille, elles ont de 17 à 76 ans. C'est à travers le parcours personnel de chacune d'elles et des mots qu'elles ont choisis, qu'il s'agit de définir ces termes, c'est-à-dire au regard des anecdotes et expériences personnelles qu'elles nous racontent. La dramaturgie du spectacle à venir témoigne donc des parcours de vie individuels de chacune d'elles.

Extrait de la parole d'une des participantes, intégré pour l'instant au texte en cours d'écriture :

Je ne comprends pas bien la question : « Quels droits ont les filles ? »
Vous voulez dire « Quelles obligations non ? »
On n'a pas vraiment de droits
Tout ce qu'on fait, consciemment ou inconsciemment, c'est par obligation
Par exemple
Bien se tenir
Toujours faire attention à ce qu'on fait
Tenir une maison
Etre respectable
Une fille doit se mettre en tête qu'elle va prendre la relève de la mère
On ne nous donne pas d'ordres
On sait ça intérieurement
On le voit tout autour de nous.